Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Oxygène
C'est d'une banalité étouffante d'être moi.
Je suis le stéréotype de la solitude finalement.
Je me trouve des substituts pour me sentir bien et meubler le vide.
Et, heureusement, pour l'instant et depuis 6 mois, ça fonctionne.
J'aime mes amis à la folie.
Je n'en ai pas beaucoup, enfin si en fait par rapport à la majorité des gens de mon âge qui sont en couple et qui ont négligé cette catégorie par amour, par repli sur leur couple ou parce qu'ils n'en ont pas besoin.
Mais ces amis qui me sont si chers sont éparpillés au quatre coins du globe.
Et ça fait mal.
Mais ils existent, ils sont là quelquepart, même pas dans le même fuseau horaire, mais là. Même pas le même soleil, même pas le même air....
Juste le même coeur.
J'allais dire et c'est assez, mais c'est faux.
Ils me manquent tellement.
Quand quelqu'un est une place dans un coeur, mais qu'elle n'est pas occupée.
Tout un vide.

Ceux qui sont près de moi, je les savoure je crois.
Je ressens parfois des élans d'affection énormes envers eux.
J'en ai les larmes aux yeux parfois.
Je dois être folle.
Excessive , je le sais depuis longtemps.
Passionnée, depuis jadis.
Surement un peu timbrée aussi.
J'ai de la chance.
C'est ça que je dois regarder. Pas le vide, pas la peine, pas l'éventualité de perdre le peu que j'ai.
Ce peu là est énorme et ne se perd pas.
Je suis dans un high sorti de nulle part, tantôt hystérique, tantôt simplement heureuse de vivre, même SI.
Je me sens vivante, je me sens moi, je sais qui est ce moi que je cherchais, j'ai confiance en moi.

Je croyais être prête à rencontrer quelqu'un.
Il y a pourtant une nuance: je suis prête à la théorie de l'ouverture, oui, mais prête pour quelqu'un, NON.
Je suis une girouette.
Je ne veux pas me réveiller à 45 ans, mère de famille, et dire à mes enfants qu'à cause d'eux je n'ai pas vécu comme ma mère l'a fait.
Je veux vivre chaque chose en son temps.
En mon temps.
Et je pense que je m'amuserai toute ma vie, mais pas toujours de la même manière.
Et dans la manière de mon présent, j'ai envie de folies.
De conneries, j'ai besoin de me sentir vivre par un peu d'excès et de laisser aller. Parce que je n'ai pas existé pendant plusieurs années où j'aurai pu et du. Mais il n'est pas trop tard, et il est temps.
Alors........j'emplis ma tête avec des exutoires, des fantasmes d'hommes.
Jusqu'à ce que le "bon"(quel stéréotype) croise mon chemin.
Celui que je devais voir samedi semblait intéressant. Mais.

Et depuis, mes hormones ont perçu L'HOMME.
Brrrrrrr......je frissonne en y pensant.
Une attirance INTENSE, violente, un désir purement sexuel.
Je le désire.
Hmmmmmmm......J'aimerais le regarder et tout simplement lui dire: Je te désire.
Chair de poule.
Je le vois à la boxe.
Il est prof.
Jeune, plus jeune que moi sans doute.
Je n'ai que des envies inavouables en pensant à lui.
Je vois le sexe sur sa figure.
Je le vois me baiser contre un mur.
Me prendre fermement mais tendrement, pas comme une chienne, comme une femme.
Me prendre ce que je lui donnerais instantanément, mais le prendre car il ne peut être qu'un voleur de désirs.
Une tête de donneur de plaisir.
Sans cela, je suis vide d'émotions. Et quand je suis vide, je me déssèche et me meurs de l'intérieur.
Que c'est bon un fantasme, comme ça fait du bien.
Ce soir, je suis chez moi, avec mon fantasme, ma pensée pour l'autre que j'apprécie pour ce qu'il est, ma passion que je dois soigner car elle va mal et me fait mal, c'est dur de vivre avec une passion dévorante, mon amour pour mes amis.......

Je me relis et me trouve bizarre moi-même.....;)
Comme un grain de folie.......
Je crois que l'équilibre n'est pas mon idéal, que je ne saurais y vivre.
Peut-être est-il difficile de me suivre, mais je commence à me comprendre.
Enfin.
Et finalement, ce post me résume très bien. Relisez la première phrase, et ce paragraphe. Je suis le paradoxe. Un équilibre d'un pied sur l'autre.
Comme ça, quand je me casse une jambe, il me reste l'autre.
Ecrit par poup, le Lundi 13 Octobre 2003, 01:22 dans la rubrique "Des lires".
Repondre a cet article

Commentaires :

Torcida
Torcida
13-10-03 à 02:25

J'ai pas eu le temps de tout lire mais...

MAIS JE SUIS DEGOUtEE DE MA VERSION DANCE POURRI DE DONNA SUMMER!!!!!!

je te fais des gros bisous :)


Repondre a ce commentaire
 
poup
poup
13-10-03 à 13:25

heuh.....

Tu me laisses perplexe là......;)

Repondre a ce commentaire
 
Leona
Leona
13-10-03 à 12:30

Très intéressant ton texte. J'aime les gens intenses, les gens qui vivent tout à fond. Tu sembles entrer dans cette catégorie. Voilà pourquoi je passe sur ton joueb à tous les jours.

En terminant, tu m'as fait sourire avec cette phrase: Jeune, plus jeune que moi sans doute.

Les petits jeunes, c'est plein de vigueur ma belle. Bon fantasme! ;)


Repondre a ce commentaire
 
Safeway
Safeway
13-10-03 à 13:27

Re:

Je suis ok avec léona ! Tu es pleine d'émotions, sentimentale et humaine. Poursuis ton chemin et j'espère que tes désirs deviendront réalité.

Repondre a ce commentaire
 
Torcida
Torcida
14-10-03 à 07:11

Re: Re:

Moi je ne te trouve pas banale du tout

Repondre a ce commentaire
 
snodgass
snodgass
14-10-03 à 16:51

je trouve bizarre la réflexion de ta mère, elle est impotente,  malade ou psychiatrique? je trouve vraiment nul comme réflexion, qu'est qu'elle aurait fait de plus, qu'elle ne peut pas le faire maintenant? elle est actrice porno ou danseuse nue, et cela lui a brisé sa carrière? Toute seule, sans enfant, égoïste en somme seule dans son trou? Tu m'excuse mais cela me dépasse. heureusement moi,je suis content que soit là!!!!!!!!!!!!!!!! ;)

Repondre a ce commentaire
 
Torcida
Torcida
15-10-03 à 02:01

Re:

Tou é melveilleuse

Repondre a ce commentaire
 
snodgass
snodgass
15-10-03 à 13:42

Re: Re:

ooohhhhh ooooouuuiiiiiii,

Repondre a ce commentaire